Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
mystiqueorthodoxe.over-blog.com

Révolutions et Satanisme

7 Mars 2017 , Rédigé par Albanor Publié dans #Révolutions, #Athéisme, #Russie

Affiche Anti Bolchévique du temps de la guerre civile

"Ils tâtonnent dans les ténèbres, et ne voient pas clair. Il les fait errer comme des gens ivres"

(Job, 12, 25)


Épître de saint Tikhon, patriarche de Moscou et de toute la Russie

Selon saint Séraphim de Sarov, le diable était le premier révolutionnaire, qui s'est rebellé contre Dieu. Voilà pourquoi toutes les révolutions sont défavorables au christianisme et ont une origine diabolique. Il est impossible d'imaginer un humble et doux chrétien être un rebelle, un révolutionnaire. En vérité, le diable est le vrai père et pilote spirituel de toutes les révolutions dans le monde. Il a dans ses buts et objectifs, des aspirations et des actes pour détruire l'ordre mondial et renverser les autorités légitimes de Dieu établies. Une analyse précise et impartiale des révolutions russes du 20e siècle montre qu'elles ne font pas exception à cette règle étant apparemment de nature diabolique. Voilà pourquoi  le célèbre pasteur de Kronstad et toute la Russie, Père Jean de Cronstadt, éleva la voix pour dire des mots formidables de correction à ceux qui diffusaient cet esprit révolutionnaire, et a fait un diagnostic final précis et terrible: «La Russie est devenue une maison de fous". 

On retrouve la même expression dans le volume 1 de «Mémoires», de Duke Zhevakhov, un ancien ami du procureur général du Saint-Synode. Beaucoup d'autres témoins soulignent la folie de masse et de la frénésie au cours de ces années. Ainsi, le métropolite Jean de ShanghaÏ dédia un de ses sermons brillants entièrement à la possession démoniaque et ses manifestations contemporaines ( "Homélie pour la semaine 23. Sur la possession démoniaque»).

En particulier,  Vladyka dit dans son sermon: «Où en est la possession ? Ils ont versé tant de sang au cours des dernières années, déchirant les gens en morceaux avec leurs bombes, en prenant les meilleurs hommes du pays, sans épargner des centaines de victimes et innocents ? Les enfants pour le bien de leur plan infernal, allant baigner dans les meurtres, se détruisent, et mettre fin à leur vie en rejetant la Croix du Christ avant l'exécution :  Ils ont fait de terribles spectacles, brûlant des bâtiments centenaires, jetant de l'alcool pour les paysans ivres, torturant les chevaux et le bétail avec des haches et des fourches, buvant de l'alcool et se réjouissaient sur les ruines brûlées, et pour couronner le tout, ont profané des églises, en impliquant la jeunesse dans la folie, scarifiant encore des gens avec des incendies criminels, le vol, des débauches de nuit, des menaces, la vengeance et le rejet de Dieu et de tous ce qui est sacré et cher au peuple russe ?! "

L'année de 1917 a dépassé de loin toutes les périodes précédentes de l'histoire russe par l'intensité de sa frénésie : "Le démon habita dans les âmes des gens russes et ils sont devenus démoniaques", a dit un théologien russe, ancien père spirituel de la famille du Tsar, l'évêque Théophane de Poltava. Il a écrit. «Ce fut une intoxication à la liberté, la débauche et l'impunité, une malignité satanique inconcevable, et dans de telles circonstances toutes les tentatives de correction ont échoué". (Mémoires, vol.2, p.14). Selon le philosophe Ivan Ilyin, la révolution de 1917 exposéa toutes les passions et les vices de base du peuple russe, découvrant un abîme du péché, sans vergogne, rude et impitoyable. Le feu semblait flamber sur la Russie, une foule de légions de démons a détruit tout fondements moraux, même les convenances de base. A cette époque, ce n'était pas grand-chose de tuer une personne innocente, de voler, de détruire, de mettre le feu. 

Cette chute du pays, Dieu l'a pourtant prévue pendant plusieurs siècles, et a été autorisé par Dieu pour les péchés graves du peuple russe: "Pour la négligence de sa vocation divine, la Russie elle-même s'engagea à l'ennemi de la race humaine, et est devenue satanique.  Il est venu.  La possession totale par les mauvais esprits, toucha la couche supérieure de la société,  et la majesté russe s'effondra" (Russky Palomnik).

"La Russie, comme la France au 18ème siècle, a traversé une période de folie totale, et c'est par la souffrance et les larmes qu'elle commence à se remettre de sa maladie grave», a écrit Anna Vyrubova, fille d'honneur à Sa Majesté Impériale, une amie de la dernière impératrice de Russie, qui a écrit dans son journal de nombreuses années après ces événements terribles.

Dans sa lettre à la princesse Victoria, la Grande duchesse Elisabeth compare l'état du peuple russe avec le délire d'un fou.

«Tout ce qui a été recueilli au cours des siècles, est détruit, - détruit par notre propre peuple, que j'aime de tout mon cœur, il est vrai, ils étaient moralement malade et aveugle, ne voyant pas où nous allions. Comment puis-je critiquer ou condamner une personne, quand elle est folle et dans le délire ? (Citation du livre "orthodoxe tsar martyr" par higoumène Seraphim, p. 67)

"Février 1917 a été le temps de la folie de l'ensemble des gens. Dans les rues ,de nombreuses manifestations ont eu lieu. Sur les places, des rassemblements n'avaient pas de fin. Tous se sont félicité les uns des autres sur la chute de la tyrannie." Ce virus de la folie infecta aussi le clergé qui chérissait des illusions, pensant que l'abdication du Tsar allait changer le statut de l'ordre clérical »(Stepanov AD Chernaya de Sotnya, p.63).

Le thème de la folie de la Russie est reflété de façon vivante dans la poésie de Maximilian Volochine, qui, au cours de ces années folles et sanglantes a réussi à se rapprocher du christianisme, et afait un pas de côté à ses anciens intérêts occultes. Dans son poème «Moscou» écrit en Mars 1917, il reflète la prédominance de l'élément rouge, qui a amené les gens aux «sang», aux «exécutions», aux«procès».

Mais seulement quelques Russes ont pu conserver un esprit clair et froid dans cette période de folie générale, et ont analysé correctement la situation. Sans doute, le Souverain Nicolas II et sa famille ont été parmi les rares capables de cela. A cette époque, la hauteur spirituelle de la famille royale était inaccessible à la majorité de leurs contemporains. Leur exploit restera toujours dans l'histoire non faussée de la patrie, et le monde entier  a reçu comme un exemple éternel à suivre pour tous ceux qui sont fidèles au Christ, comme un idéal de majesté véritablement royale, l'humilité et le sacrifice de soi. Certes, il y avait d'autres sujets loyaux, qui ont fait face dignement à ces terribles événements de l'histoire russe. Mais la majorité des gens russes étaient fous et possédés...

Le résultat de la phase finale de la folie du peuple russe, était l'extermination cohérente de la meilleure couche de notre pays, y compris de nombreux hiérarques de l'Eglise orthodoxe russe, le clergé, les moines, ainsi que la noblesse, les officiers de l'armée. La démolition des églises orthodoxes, des monuments historiques, la proclamation de l'impiété dans le pays et la déification des dirigeants communistes...Ceci est l'ampleur réelle des revendications globales de ce révolutionnaire qu'était Lénine, un fanatique, au sujet de laquelle Bunin a dit: «Un dégénéré moral de naissance, Lénine, au sommet de ses activités, a fait quelque chose de vilain et monstrueux : il a dévasté la plus grande terre dans le monde et tué plusieurs millions de personnes, et toujours pour le monde, est devenu tellement fou que, en plein jour, on a fait valoir qu'il était un bienfaiteur de l'humanité" (De ses discours à Paris, le 16 Février, 1924).

Pour les gens possédés trompés, Lénine est devenu un symbole de la sainteté ( «plus saint que tous les saints"). N'est-ce pas une preuve définitive de la grave maladie spirituelle du peuple russe, qui n'est malheureusement pas complètement guéri jusqu'à aujourd'hui.

L'éclipse mentale et la cécité spirituelle couvrent nos âmes d'un voile épais, et les ennemis de la Russie ne perdent pas cette chance. Ils utilisent cette épidémie d'éclipse mentale, et les ennemis de la pauvreté religieuse et morale de la Russie tentent de détruire en première ligne ces idées et valeurs uniques anciennes, qui ont toujours assuré la constance phénoménale et la vitalité de la communauté russe" (Métropolité Ladoga Jean de Saint Pétersbourg).

 

Vladimir Neviarovich

Extrait de http://www.pravoslavie.ru/english/7172.htm

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article