Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
mystiqueorthodoxe.over-blog.com

Saint Hiéromartyr Basile Licharef

14 Décembre 2016 , Rédigé par Albanor Publié dans #Orthodoxie en Russie, #Martyr, #Père Basile

Le livre écrit sur le Père Basile

Le hiéromartyr Basile est né à Tsilovo, un petit village de la province de Moscou, le 25 mars 1871. Il était le fils d'un diacre, Alexiou Licharef.

En 1894, après des études au Séminaire de Vifanski, il a été ordonné aumônier du monastère féminin de Golovina. Ce monastère a été fondé un an plus tôt, et les villageois l'aimaient beaucoup, et il était entretenu par leur propre décision, et les propriétaires fonciers de la région ont érigé au sein du monastère, l'Eglise Notre-Dame de Kazan, qui a été achevée en 1900. En plus de l'église, il fut érigé aussi un hôpital et une auberge de jeunesse. 

Lorsque la guerre russo-japonaise (1904-1905) éclata, le Père Basile servi à l'avant comme aumônier militaire. Après la guerre, il est retourné au monastère et a continué à servir comme aumônier. En 1914, Le monastère orthodoxe était lui devenu phare dans la région, et refuge spirituel pour les fidèles. 

Au cours de la grande persécution de l'Eglise, vers la fin des années 1920, les autorités soviétiques ont confisqué une partie du monastère et expulsé les religieuses. Les malades âgées ont été envoyés dans une maison de soins infirmiers, les autres ont été dispersés à proximité des maisons des paysans qui ont accepté de les accueillir. 

Le 4 mai 1929, le jour du Vendredi Saint, les bolcheviques ont organisé un rassemblement de travailleurs des usines de la région, et des villageois de Golovina. Il fut demandé au gouvernement central de fermer l'église du monastère. Les croyants de Golovina et des villages environnants ont fortement réagi à cette décision impie.

Les croyants n'ont pas été découragé par cette condamnation, et ont été tenaces. Dans la nuit de Pâques, les jeunes devaient regarder un film anti-religieux dans un club local, situé à côté de l'église, afin qu'ils ne participent pas à l'office de la résurrection le lendemain. Beaucoup de croyants ont soupçonnés quelque chose de bien pire : les ennemis de Jésus voulaient faire enrager les jeunes par ce film, pour les pousser à la démolition de l'église du monastère.

A 01 heure du matin, les fidèles, qui dès le début avaient inondés l'église pour la Résurrection, tenant des bougies, ont commencé la litanie. Puis soudain, l'électricité a été interrompue dans le club, et le film s'arrêta. Bientôt, on a constaté que cela était due à la destruction des câbles. La restauration des dégâts prendrait du temps. Ainsi, la projection a été annulée, et la séquence de la Résurrection poursuivie sans être entravée par les autorités. Le lendemain, ont commencé des enquêtes. Les fidèles ont été accusés de la destruction des câbles, pour annuler le film anti-religieux, mais aussi dans le feu au club pour l'extermination des athées concentrés dedans. Lydia Koch, membre du Parti Communiste, a témoigné à l'enquêteur que quelqu'un parmi les croyants avait dit : "Nous sommes sur le point de frapper aujourd'hui. Nous allons mettre le feu dans votre club et vous brûler vif". Elle a également témoigné qu'un autre membre a dit à la femme d'un autre chrétien : "Nous allons collecter de signatures de citoyens contre la fermeture de l'église. Ils dérivent nos enfants par leurs organisations athées et corrompues. Tous ces éléments vont payer..."

Le matériel d'enquête a été envoyé à Moscou qui a alors demandé une liste des noms des religieuses du monastère Golovina, et des gens qui vivaient dans la région. L'enquête cependant, n'a pas prouvé le sabotage de la part des fidèles. Le 1 juin 1929, le trésorier de l'Eglise Alexander Ntrintin, a été arrêté. 

Le 21 juin, le Père Basile a été aussi arrêté et mis en prison. Deux mois passèrent à endurer des interrogatoires tortueux, sans succomber aux menaces et au chantage. Le 16 août, la troïka a condamné Alexander Ntrintin à quatre mois d'emprisonnement, et le Père Basile à un exil de trois années à Tula.

Le prêtre, de retour après l'expiration de sa peine le 28 juillet 1932, trouva le monastère dans un état déplorable. Les autorités soviétiques avaient tout mis au placard. Quand il est arrivé, même la maison de soins infirmiers avait été fermée, en jetant sur la route les quelques religieuses âgées qui vivaient là. Le Père Basile les a pris chez eux. Il a alors rejoint l'église du village de Znamenski Axinino, à quelques kilomètres. Pendant environ cinq ans, il a fait un excellent travail pastoral. Nombre de fidèles de nombreux endroits et de tous les horizons de la vie se sont trouvés dans la consolation mentale et des conseils spirituels sages. 

Cette activité fructueuse a provoqué une autre fureur des incroyants. La période 1936-1938 fut une période horrible.L'athéisme d'état a montré toute l'atrocité de son visage. Les arrestations et les exécutions des fidèles étaient monnaie courante. 

Le 15 novembre 1937, les hommes d'état après deux faux témoignages, arrêtèrent le Père Basile et le conduisirent à la prison de Moscou "Tagkanka", sur des accusations de propagande anti-soviétique. L'interrogatoire dura cinq jours. Bien qu'il ait nié l'accusation, le rapport de l'enquêteur était incriminant. Le 25 novembre, la troïka condamna à mort par balles le Père Basile. Deux jours plus tard, le Père Basile a été conduit à Boutovo, près de Moscou, où il est mort pour la foi orthodoxe et sa dévotion à l'Eglise. 

Extrait de Impantokratoros.gr

http://www.impantokratoros.gr/ACA02E1C.el.aspx

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article